Menu
Menu
.

.

3 élèves de la Fondation ont participé à l'opération " Les poissons pilotes " du théâtre de La Colline

Brahim Koutari, Chloé Laabab et Djamil Mohamed, jeunes comédiens en troisième année à L’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne, élèves du programme Egalité des Chances en Ecole supérieure d’art dramatique, ont participé, du 16 mars au 7 mai 2020, à l’opération « Les poissons pilotes » menée par le Théâtre de la Colline, partenaire de la Fondation Culture & Diversité.

Pendant le confinement, parmi les nombreuses initiatives et opérations #culturecheznous qui se sont multipliées dans le secteur du spectacle vivant, notons celle mise en place par La Colline afin de maintenir le lien avec son public.
Cette opération s’inspire du « théâtrophone », imaginé à la fin du XIXème siècle par Clément Ader pour transmettre, en direct, à distance et « au creux de l’oreille », la diffusion d’opéras à des abonnés par le biais du téléphone. Dans le cas de l’initiative de La Colline, 250 artistes se sont mobilisés pour offrir au téléphone des lectures de poésie, de théâtre, de littérature ou de musique.

Pour Brahim, Chloé et Djamil, cette aventure a été une expérience unique et particulièrement enrichissante.

« J’ai eu beaucoup d’auditrices très touchantes (je n’ai pas eu beaucoup d’auditeur). Souvent des femmes âgées. Une fois, j’ai décidé de lire une lettre d’amour écrite par la comédienne Maria Casarès pour Albert Camus, et je suis, comme par hasard, tombée sur une femme qui avait connu Maria Casarès au FRAP (Front Révolutionnaire Antifasciste et Patriote), un collectif militant qui luttait contre le franquisme. Elle m’a raconté son vécu de militante et a fini en me lisant un poème de Louise Labé. Elle me disait qu’elle l’avait retrouvé lorsqu’elle avait rangé tous ses papiers, car si jamais elle venait à être contaminée par le COVID-19, elle ne voulait pas qu’on retrouve son appartement désordonné. » Chloé Laabab

« Je dirais que c’est une expérience assez particulière mais c’est toujours plaisant de découvrir une nouvelle personne au bout du fil. On peut discuter avec des personnes très simples, qui souhaitent simplement qu’on leur lise quelque chose et raccrocher ensuite, mais on peut aussi discuter avec d’autres pendant des heures de théâtre, de politique et je trouve cela vraiment super. » Brahim Koutari

« Je trouve ce projet de poissons pilotes vraiment intéressant et agréable. Dans un premier temps, on est en lien avec des gens de la France entière. J’ai pu faire la lecture à des personnes vivant en Bretagne, en Auvergne, en Ile-de-France, etc. Et puis, en ces temps difficiles, les personnes sont vraiment touchantes et contentes qu’on leur lise quelques extraits de textes de notre bibliothèque personnelle. Et ils n’hésitent pas à nous le dire, ce qui en retour nous encourage beaucoup. Personnellement, j’ai lu tout au long du projet l’œuvre d’Agota Kristof, le Grand Cahier. » Djamil Mohamed

Pour en savoir plus sur « Les poissons pilotes », cliquez ici .