Menu
Menu
 Marine Jubin, responsable du service éducatif de la Comédie-Française, raconte l'histoire de la troupe.

Marine Jubin, responsable du service éducatif de la Comédie-Française, raconte l'histoire de la troupe.

Poursuite du partenariat entre la Comédie-Française et le Trophée d'Impro

Pour la troisième année consécutive, la Comédie-Française et la Fondation Culture & Diversité proposaient une formation sur les liens entre improvisation et répertoire dans le cadre du Plan de formation de l’académie de Paris.

C’est Delphine Vanhove, chargée de mission Spectacle Vivant à la Délégation Académique aux Arts et à la Culture, qui a introduit ces deux journées de formation pour une trentaine de professeurs du secondaire. Elle a notamment rappelé que les projets autour de l’improvisation théâtrale étaient éligibles aux dispositifs classes à PAC, ateliers artistiques et résidences d’artistes.

La formation, conçue sous la houlette de Marine Jubin, responsable du service éducatif de la Comédie-Française , était construite autour de la pièce Les Fourberies de Scapin mise en scène par Denis Podalydès. Les participants à la formation, qui avaient eu l'occasion de voir la pièce, ont pu échanger avec Didier Sandre, sociétaire de la Comédie-Française qui se produit dans le rôle de Géronte.

Éric Ruf, administrateur général, a témoigné de son évolution personnelle, d’une formation initiale ne laissant aucune place à l’improvisation à une pratique où tout théâtre est improvisation. Il constate ainsi que par le passé les jeunes comédiens rêvaient de jouer des auteurs, quand la plupart aujourd’hui rêvent de metteurs en scène et d’écriture de plateau.

Enfin Papy, dit Alain Degois, directeur artistique du Trophée d’Impro Culture & Diversité a sensibilisé les professeurs au match d’improvisation théâtrale, sensibilisation complétée cette année par l'expertise de Marie Grandin, professeure de lettres et spécialiste du travail d’improvisation autour de l’œuvre de Molière.