Menu
Menu
Slam avec Grand Corps Malade

Slam avec Grand Corps Malade

Slam avec Grand Corps Malade

Grand Corps Malade a fait l’honneur de participer à la soirée des 10 ans de la Fondation le 3 octobre dernier à la Salle Pleyel.

Il a accompagné neuf anciens élèves des programmes Egalité des Chances de la Fondation dans l’écriture d’un slam collectif qu’ils ont déclamé au cours de la soirée au milieu d’une salle comble.

Merci aux élèves de la Fondation qui ont participé et bravo à eux pour leurs textes :

  • Alice P. a participé au programme Egalité des Chances à l’ENS Louis Lumière en 2015-2016
  • Joan A. a participé au programme Egalité des Chances en Ecole d’art en 2014-2015
  • Stève A. a participé au programme Egalité des Chances à la Fémis en 2009-2010
  • Florence F. a participé au programme Egalité des Chances à la Fémis en 2010-2011
  • Spelka Jérémy A. a participé au programme Egalité des Chances à la Fémis en 2011-2012
  • Maxime B. a participé au programme Egalité des Chances à l’ENS Louis Lumière en 2013-2014
  • Cécile C. a participé au programme Egalité des Chances en Ecole d’art en 2008-2009
  • Maëlla-Mickaëlle M. a participé au programme Egalité des Chances à la Fémis en 2011-2012
  • Cindy D. a participé au programme Egalité des Chances en Ecole d’art en 2011-2012

 

Grand Corps Malade

J'ai mis des belles chaussures, aujourd'hui c'est mon anniversaire

J'ai 10 ans, j'suis qu'une enfant mais j'ai des idées à ne plus savoir quoi en faire

Finie la prime enfance, dépassé l'âge de raison

J'ai regardé ce qu'était la France, et puis j'ai regardé l'horizon

Je veux offrir de la culture, m'adresser à la diversité

Ces mots-là vont bien ensemble mais comme ils sont trop compliqués

Je vais regrouper ceux qui ont envie, ils vont me montrer ce qu'ils en pensent

Ils vont me donner leur avis, c'est eux qui vont me donner ma chance

Maëlla-Mickaëlle

Avec moi, juste de l’ambition,

Et bien sûr un peu de fonds.

Je me suis donnée une seule mission :

Délivrez une plume, ce bagage.

À vous d’écrire votre page.

Face à des mers en colère

A bord d’une paire de galères

Vous naviguiez, vous lutiez

Sur ma route je suis venue vous chercher

Ou vous m’avez trouvée

Avec moi, toujours de côté,

Une poignée de chance, de l’ambition,

Une bouffée d’air, d’obstination.

J’ai saisi vos mains en eaux troubles,

Plus besoin de craindre les jeux doubles.

Au bord de la galère, à bord de galères,

Vous en avez croisé pas mal,

Même si certaines font vraiment mal,

Si vous avez croisé ma route,

J’ai écrasé nombreux de vos doutes.

Stève

Une main devant, une main derrière

Bien avant Lacharrière

Puis vint le moment charnière

Maintenant j'ai ma carrière

Alors ado d'Aulnay-sous-bois

À la radio dansait le mia

À la télé Aulnay-sous-bois

Brûlait sans moi, c'était pas moi

Nos bancs d'école et nos antennes

En temps normal sans mécènes

Au ban à une lieue de vos scènes

Capitale lointaine

Pourtant ce soir,

Je slame et la Salle Pleyel est pleine

Pas la peine d'aller sur scène

To Say merci pour cette aubaine

Cécile

Perdue dans mon bourdonnement d’idées

Je savais pas où me poser

Je voulais trouver ma place

mais dans leur culture pour moi il n’y avait pas l’espace.

Je ne pensais pas mériter tous ces rêves que je voulais toucher

C’est pas pour toi la voie lactée

Reste dans ta cour de recrée

J’avais besoin de trouver un chemin

De forcer un peu le destin

Même si j’étais encore un peu petit

pas encore Léonard de Vinci

Je la voulais cette nouvelle vie, dessiner, filmer, faire de la poésie.

Alice

Quelques fois je me dis que mon job m'a à l'usure

10 ans que j'aide les mômes à faire de la peinture

10 ans que je chante et fais des vidéos

10 ans que j'arpente les sols du préau

Cindy

Je t’avoue que sans toi j’aurai eu du mal à décoller, à suivre mes rêves, mon art, à vouloir continuer de créer.

Au final ça m’a boosté, j’ai su défoncer mes mines et remplir mes carnets.

Alice

Je me souviens de mes parents et de mes frères

Qui me parlaient de sécurité financière

De ses putains d'années de galère

Que dehors, attention c'est la guerre

Je me souviens d'un rêve que j'avais

Quand je dessinais dans la cour avec mes craies

Je me demande parfois s’ils ont raison

Dans la culture est-ce qu'il y'a un horizon ?

Florence

Je suis la culture

Celle que tout le monde s'arrache

Malheur à toi qui ne me connais pas

Tu finiras sur le banc des oubliés.

Je suis celle qui rassemble et divise

Je suis l'emblème de la nation, mais attention

je ne me donne pas à n'importe qui.

Je suis celle que l'on cultive sans savoir pourquoi,

Celle que l'on arrose matin et soir,

Celle que l'on noie un peu trop souvent

Je suis celle que l'on vénère,

Celle que l'on assomme à coup de somnifères.

Celle dont tout le monde parle,

Je suis la culture.

Cindy

Des gens perdent le gout de l’art

quand d’autres t’en font manger pour ta santé.

Aujourd’hui les gens en ont marre

il y a tellement peu d’accès qu’ils savent plus où passer.

Joan

Je m’en veux d’être pas autant accessible que je le voudrais

Si j'insiste, attention, sans prétention,

j’arrive à égayer la vie de tellement de façon

Mes consonnes et mes sons souvent jugés futiles

Toi tu les vis, les inspire, et ton esprit brule

A l’idée de faire bouger ce monde nocturne

Descends dans la rue, sur les parvis à minuit

Tape le trottoir, érige notre avenir

Clame ce que tu es, ce que tu crées, en quoi tu crois

Moi je serai là, ton bras droit, ne t’inquiète pas

Alice

Pas si vite

Joan

Naïve ? A choisir je prends Candide et te laisse la misère d’Hugo

J’m’en fiche de la mise, si j’avais voulu être riche, j’aurais joué au loto

Maxime

J'ai un idéal à la professeur Xavier

J'unis, j'assemble, je pousse

J'aime les talents et les idées

J'ai une clique, un clan, un groupe

Des tonnes, et des pounds de cailloux à soulever

Passer de l’ombre à la lumière, humm j’vais clarifier.

Chaque découverte en amenant 100 autres

Permettant d’explorer les uns d’explorer les nôtres.

Des millions d’envies

des caméléons de l'art

une concentration d'énergie

Kaméhameha

Spelka Jérémy

KA-ME-HA-ME-HAAAA-Ah Oui c'est exactement ça,

Pire qu'un Genki Dama.

Je vous rappelle que la culture, c'est ce qui a rendu sage le grand Dalai Lama,

dans son pays là-bas.

Et je sais ce que vous pensez, vous vous dites à Paris bah y'a

toute sorte de paris pas ienb,

et qu'on s'en sortira pas.

Comme un baril avarié dans le Paris Dakar,

un peu comme Princesse Mononoke avec Ashi Taka.

Vous inquiétez pas, j'pense la même chose.

Du haut de mes 10ans j'me bats pour la bonne cause.

J'ai des tas de questions qui pourraient vous mettre mal à l'aise :

A quoi bon dire " 4x4 ", pourquoi pas 16 ?

J'vous rappelle qu'une tortue verte appelé Franklin saurait compter 2 par 2 et lasser ses chaussures...

... Sauf qu'il a pas de chaussure...

... Un peu comme ces frères cambodgiens,

Afghans ou Irakiens,

Qui ont vu l'an dernier, dans leur pays lointain,

s'abattre la culture, ou plutôt quelques sépultures,

Avec quelques coups de surin.

Pour éviter ce genre de lendemain,

Il nous faut tendre notre main.

Cindy

J’ai senti ma main tenir ta main me maintenir en me mettant dedans des directives à suivre.

Spelka Jérémy

mais cessons de tergiverser,

tout le monde est mon semblable,

Et c'est avec mes semblables que j'aime avancer.

Cindy

J’ai failli vriller sans briller dans cette ville illuminée.

Ces cités incitées à citer la diversité dans divers clichés.

Alice

Diversité diversi-quoi ?

C’est sur ma carte d’anniversaire

On le prononce pourtant tout bas

Donc j’ai ouvert mon dictionnaire

Y’avait écrit ninininin ensemble des différences ethniques

Et dans ma tête j’avais compris

Je connaissais bien la musique

Cindy

Les bons, les mauvais élèves,

on se différencie mais se comprend,

Il y a quelque chose de rébarbatif à travailler en s’regardant, en doutant de demain,

surtout quand tes profs te corrigent

et te dises « tu peux mieux faire »,

quand t’essaies, que tu persévères

et qu’on te dise à nouveau « tu peux mieux faire »

mais je vous rassure une fois sortie du bac, avec de meilleurs résultats,

que celui à qui on disait plutôt « c’est super, ne t’en fais pas »

Je vous rassure encore quand j’ai réussi

à entrer aux beaux-arts et à partir d’ici,

à découvrir Belfort, Angers, puis à revenir à Paris,

et finir avec un truc un peu plus dure,

genre, les études d’architecture.

Stève

10 balais, pour plein de poussière

Sur mes souvenirs j'me ballade

Les débats avec Bergala

Marco Prince, Patrice Haddad

Quand j'ai vu les clips de malade

Présentés par Georges Bermann

J'ai dit monsieur engagez-moi

Il m'a pris sans état d'âme

L'état de liesse a vite cédé sa place au stress professionnel

Mais ça aide

J'ai vite saisi les codes de la réussite

Avec beaucoup d'huile de coude

Du coup de blues au coup double

La bourse paye ma camera

Du coup ça y est coup de foudre

J'accoure, je tourne à gauche à droite pour pas un rond

Pas con, j'ai fait le dos rond les euros viendront un jour

Même les francs pas de problème

Frérot t'as tout ton temps

Les plus zens, payent meme en yen,

Mon taf dépasse l'espace Schengen

Maxime

On va faire bouger les lignes en créant là sous nos yeux

On va transformer les choses, laissez-moi y croire un peu

Grand Corps Malade

J’vais avancer sûr de moi et oublier les médisants

Je rêve peut-être un peu mais je le droit car j’ai 10 ans.

Tout le monde : j’ai 10 ans