Menu
Menu
Franck Buzz à la présentation  du Plus petit mondial de l'impro de Bretagne

Franck Buzz à la présentation du Plus petit mondial de l'impro de Bretagne

Impro Infini, retour sur une compagnie tournée vers le numérique

Entre confinement et fermeture des théâtres, les artistes et le monde de la culture doivent se réinventer pour continuer d’exercer. C’est ce qu’explique Franck Buzz, directeur artistique, comédien, créateur lumière, et cofondateur d’Impro Infini à Brest et du Festival Subito, récemment interviewé par le journal Ouest France.

Tout a commencé par le regroupement sur les réseaux sociaux des professionnels de l’improvisation théâtrale pour des réunions de tests en visioconférence explique Franck. Ensemble ils ont pu s’adapter à ce nouvel outil. Le but étant de continuer à proposer des prestations artistiques et des ateliers de qualité. Cette période fut, rapporte-t-il, un moment fédérateur pour le monde professionnel de l’impro sur la toile.

L’improvisateur ne nie pas les difficultés que peut présenter cet outil : adaptation technique, investissement conséquent et limitation des contacts physiques pourtant chers aux comédiens. Néanmoins dans le cadre des ateliers, il semble y trouver des avantages indéniables, notamment sur le plan artistique « Lors d’un de mes stages en ligne avec les Etats-Unis, les participants pouvaient […] modifier leur apparence physique. Cela permet une plus grande diversité de personnages et ouvre d’autres portes à l’improvisation » témoigne-t-il.
Pour lui, l’enjeu de l’improvisation par l’outil numérique questionne directement le rapport à l’autre. En effet, en période d’isolement les ateliers ou workshop en ligne comportent une vraie valeur ajoutée en permettant de recréer du lien social et d’abolir les distances.

Pour illustrer son propos, Franck Buzz et la compagnie Impro Infini ont organisé le 20 février dernier Le plus petit mondial d’Impro de Bretagne en ligne où des improvisateurs internationaux rencontraient des improvisateurs bretons, chacun depuis son salon.

Finalement Franck Buzz en est convaincu, si le virtuel ne remplace pas le réel, il comporte des avantages importants sur le plan écologique, économique et humain. Loin d’être en opposition l’outil virtuel apparaît alors complémentaire pour la pratique de l’improvisation.

<p>Les improvisateurs se servent des options d'images des logiciels pour leurs impros</p>